1994

Ghyvelde

 

Ghyvelde, Dunes


N° du site : 59 260 003 AH

La mise à l'étude de l'ouverture au public des dunes fossiles de Ghyvelde a suscité une première étude visant à l'estimation de leur potentiel archéologique. Le but de cette recherche est d'abord d'améliorer la connaissance historique de cet espace soumis aux envahissements périodiques de la mer. Les dunes de Ghyvelde constituent le vestige du cordon dunaire le plus ancien, et semble-t-il hors d'eau depuis 5000 ans avant notre ère. Des recherches réalisées au début du siècle signalent des sites néolithiques. Des objets gallo-romains et carolingiens ont été découverts dans les années 1960-1970 par Marc Debersée. Géographiquement, le site de Ghyvelde se trouve entre ceux de Bray-Dunes (âge du Fer) et ceux de Zuydcoote-Leffrinckoucke (Moyen-Age). De plus, le projet d'ouverture au public suppose que soient résolus les problèmes de protection et de mise en valeur des sites.
La partie nord du massif de dunes a fait l'objet d'une prospection pédestre. Exposée au vent, elle est recouverte d'une couverture végétale minimum qui permet les observations et le ramassage de surface. Onze emplacements ayant livré du mobilier archéologique ont été repérés et cartographiés; Neuf donnent du matériel du XIIème siècle; les deux autres, des XIIIème-XIVème siècles. Une partie d'entre eux se situe dans les fonds de panne. Les autres situés sur des surfaces herbeuses sont révélés par l'activité des animaux fouisseurs.
La caractère particulier du milieu oblige à vérifier par des carrotages les données fournies par le ramassage de surface. Le manque de stabilité des dunes entraîne le découvrement naturel des dunes. Leur érosion produit un déplacement des objets archéologiques dont il faut contrôler le contexte sédimentaire.
Les carrotages sont positifs pour trois emplacements. Les autres représentent des fonds de sites lessivés. Pour certains d'entre eux, on perçoit, dans la paroi des dunes environnantes, les niveaux archéologiques en place. Les dépôts d'érosion gisent au fond des pannes, parfois 1 mètre en dessous des gisements.
On constate que le matériel archéologique apporte des données chronologiques nouvelles pour ce secteur. On remarque d'autre part la présence, dans ces niveaux, de très nombreux cardium.

Yves Beauchamp, Frédéric Manem, Laurent Tessier.GRAAL

 

Ghyvelde, Rue principale


N° du site : 59 260 004 AH

Une série de sondage a été réalisée à l'emplacement d'une zone destinée à être lotie dans les années qui viennent. S'il a été possible de retrouver, sous le sol actuel, les plissements des dunes plus anciennes, aucun vestige archéologique n'a été observé.


Yves Beauchamp.GRAAL