Editorial

L'année 2001 s'est traduite pour le G.R.A.A.L. par des investissements matériels importants : informatique, véhicules, résistivimètre, mais aussi sur le plan humain (fin de la formation de presque un an des paléographes par exemple). Nous nous sommes aussi employés à peaufiner ou améliorer des projets auxquels l'association tient : animation, archéosite, prévention archéologique, édition, paléographie. C'est ce qui transparait dans ce 5e numéro de Traces où sont abordés des points très variés portant sur la politique et l'archéologie, la pédagogie et l'approche du patrimoine en primaire, le patrimoine historique récent, l'archéologie proprement dite et l'archéologie expérimentale.

L'année 2002 s'annonce déterminante quant à la concrétisation de nos efforts :

Quelles fouilles pour le G.R.A.A.L. ? En effet, si nous disposons de tous les moyens humains et matériels pour les réaliser, ce sont malgrè tout d'autres structures qui, en 2001, ont fouillé en Flandre.

Le contenu des archives intéresse t-il suffisamment ? C'est un effort attendu par les chercheurs depuis longtemps que d'avoir formé des paléographes en flamand, mais qui est prêt à investir désormais pour connaître le contenu des fonds d'archives en sommeil ?

Nos efforts en direction des scolaires et centres aérés sont reconnus sur le terrain et encouragés, mais les budgets octroyés à l'animation du patrimoine suivront-ils la demande croissante ?

Le G.R.A.A.L. démontre depuis trois ans qu'une valorisation du patrimoine est possible, mais se concrétisera t-elle par une prise en compte réelle et durable ?

Autant de questions qui seront au coeur d'une année riche d'écueils et de rebondissement mais n'en doutons pas, d'espoir et de réussite.

Bonne année à tous !

 

Yves Beauchamp,

président du G.R.A.A.L.